Mentions légales

Accueil ANECDOTES.

Copyright 2012 Doyenné de Sablé

 

 

Doyenné de Sablé

B

R

U

L

O

N

 

L

O

U

E

 

 

S

O

L

E

S

M

E

S

 

C

H

A

N

T

E

N

A

Y

 

N

O

Y

E

N

 

P

A

R

C

E

 

 

P

R

E

C

I

G

N

E

 

St

D

E

N

I

S

 

 

 

V

A

L

L

O

N

 

 

V

I

O

N

 

 

Retour au site du Doyenné de Sablé

Paroisses

 

BRULON

 

CHANTENAY VILLEDIEU

 

LOUE

 

NOYEN SUR SARTHE

 

PARCE SUR SARTHE

 

PRECIGNE

 

SABLE SUR SARTHE

 

SAINT DENIS D’ORQUES

 

SOLESMES

 

VALLON SUR GEE

 

VION

 

 

 

 

Les copies des actes originaux sont accessibles « en ligne » sur le site des Archives départementales de la Sarthe.

AVESSE

VISITE EPICOPALE

Le vingt deuxième jour de janvier 1702, jour de Saint Vincent, martyr, commencèrent les indulgences de la mission par une prédication qui fut faite, le dimanche à vêpres, par M.de La Forêt, le plus fervent des quatre missionnaires que comptaient cette mission et homme fort zélé et d'un rare mérite. Les trois autres qui l'accompagnaient se nommaient M M Bridel, Girard et Gautier; ils avaient avec eux un frère de leur maison nommé Pierre, qui les servait. Ils étaient venus dans la paroisse de Chantenay, à la prière de Me François Goussault, curé dudit lieu, il y a seize ans; une autre mission avait eu lieu 23 ans auparavant, vivant alors Me Charles Mauboussin, son oncle. Cette mission a été célébrée et l'on y venait en foule de toutes les paroisses circonvoisines. Il s'y trouva un si grand nombre de peuple, que trois de ces messieurs qui faisaient tous les jours deux prédications avec le catéchisme qui se faisait à une heure par le frère Gautier qui savait la musique, ne peuvent confesser ceux qui se présentent à eux; ils appelèrent Me Urban Brossard, curé de Fontenay, pour les soulager. Cette mission a duré depuis le 22 janvier jusqu'au dernier jour de février, qui était le mardi gras, pendant lequel le Saint Sacrement fut exposé; il y eut une grande messe chantée par Me Beaudouin, prieur des missionnaires, qui était venu ici pour deux jours; les diacres et sous diacres furent messire Jacques de Bastard, sieur de La Rouillonière, ci-devant curé de Saint Martin d'Outillé, aumônier au château de Coudresse, et Claude Renée, prêtre, principal du collège de céans. Il y eut un assez grand nombre de paroissiens qui méprisèrent le temps favorable du salut, M et madame de La Girouardière, seigneurs de céans, donnèrent l'exemple à tous ceux de leur maison et aux autres qui l'auraient voulu faire. Le lendemain lesdits frères missionnaires s'en allèrent coucher à Malicorne, d'ou ils étaient venus et allèrent au Lude pour y joindre quatre missionnaires d'Angers que Monseigneur dudit lieu y envoyait et avait demandés

Fait le premier mars 1702

 

 

BRULON

BUREAU DE CHARITE EN 1777

Pendant le cours de cette année, on a établi dans cette paroisse un bureau de charité, voyant l’abus qui résultait de laisser courir les pauvres mendier leur vie, ce qui entrainait l’oisiveté, leur inspirait de plus en plus de dégoût du travail et de là fomentait tous les vices. Autre inconvénient, savoir les plus hardis par leur opiniâtreté, avaient la meilleure part et les aumônes, pendant que souvent les plus indigents restaient dans leurs maisons mourant de faim, retenus par timidité ou par maladie, ou par le grand nombre d’enfants petits; on a cru que le meilleur moyen était d’un côté d’empêcher cette vie vagabonde, et de l’autre de proportionner les aumônes aux besoins respectifs. Pour cela ont fait une assemblée de paroisse dans laquelle il a été décidé qu’on ferait des règlements portant qu’il y aurait au tronc à l’entrée de l’église, ou mettraient leurs aumônes ceux qui ne voudraient pas être connus, qu’il y aurait un grenier ou l’on déposerait le grain provenant ou de la charité des fermiers, ou de l’argent du tronc; le tout fermant à clefs déposées entre les mains du sieur curé, ou du procureur de fabrique, ou d’un des administrateurs du bureau. Ledit bureau est composé du curé, du seigneur, du procureur de fabrique et des notables, tant du bourg que de la paroisse et en outre d’une dame de charité. Le dernier dimanche de chaque mois, le sieur curé avertit le bureau pour s’assembler, pour faire l’ouverture du tronc et du grenier, afin de régler ce qui sera donner à chaque maison pauvre, suivant le mémoire que l’on a fait desdits pauvres, le nombre et l’âge de leurs enfants. Cette aumône se fait tous les premiers dimanches de chaque mois, excepté les mois d’août, septembre et octobre, quelquefois novembre. Pendant le courant de chaque mois si quelqu’un se trouve malade, ses parents viennent trouver le sieur curé, trésorier du bureau, qui leur donne une carte pour aller chez le chirurgien chercher ses remèdes, ou chez la dame de charité, chercher viande, bouillon, vin, pain blanc, etc.., ou argent en quantité marquée par la carte. Ledit chirurgien et ladite dame viennent quand bon leur semble lors de la tenue du bureau, se faire payer ce qu’ils ont fourni. Par ce moyen, les pauvres sont assistés en santé ou en maladie, et au lieu d’aller perdre le temps à mendier, ils travaillent.


Nota –1° -que le sieur curé doit de temps en temps dire quelque chose pour faire voir l’avantage de cet établissement et engager les particuliers à fournir selon leur moyen


Nota-2°-qu’au commencement de l’hiver, il doit avertir ceux qui ont de vieilles hardes, comme habits, vestes, cotillons, chemises, etc.…, de les lui envoyer pour qu’il les donne selon le besoin. En toutes choses, il doit donner l’exemple.


Nota –3°- que l’on a un registre coté et paraphé du juge, qui renferme et contient l’établissement du bureau, les articles des règlements qu’on observe, comme les pauvres audacieux, voleurs, impies, fainéants, etc. , n’auront point part aux aumônes. Nous avons remarqué que depuis un an on observe ce que dessus et des autres parts, 45 ou 50 boisseaux de mouture par mois suffisent pour les pauvres, et qu’en y comprenant les autres dépenses, soit pour le chirurgien, soit pour la dame de charité. Il ne faut pas plus de quinze à dix huit cents livres par an, pour assister les pauvres de Brûlon


Le froment vaut 5 livres, 10 sous; le méteil, 4 livres 10 sous; les autres grains en proportion. Les pauvres sont contents et bénissent le ciel

Amen.

Signé: Beucher, curé de Brûlon

 

CHEVILLE

Manque

 

VIRE EN CHAMPAGNE

NOMBRE DE COMMUNIANTS

L’année bissextile 1696, Pâques se rencontrant le vingt deuxièmed'avril, il s'est trouvé 280 personnes qui se sont acquittées du devoir pascal. Le jubilé accordé par Notre Saint Père le pape, Innocent XII, pour laet l'union entre les ...  chrétiens, a été dans le même temps de Pâques audit an .... Par nous Robert Leons, prêtre curé de la paroisse de Viré soussigné.

 

 

Paroisse de

BRULON