Mentions légales

Accueil ANECDOTES.

Copyright 2012 Doyenné de Sablé

 

 

Doyenné de Sablé

B

R

U

L

O

N

 

L

O

U

E

 

 

S

O

L

E

S

M

E

S

 

C

H

A

N

T

E

N

A

Y

 

N

O

Y

E

N

 

P

A

R

C

E

 

 

P

R

E

C

I

G

N

E

 

St

D

E

N

I

S

 

 

 

V

A

L

L

O

N

 

 

V

I

O

N

 

 

Retour au site du Doyenné de Sablé

Paroisses

 

BRULON

 

CHANTENAY VILLEDIEU

 

LOUE

 

NOYEN SUR SARTHE

 

PARCE SUR SARTHE

 

PRECIGNE

 

SABLE SUR SARTHE

 

SAINT DENIS D’ORQUES

 

SOLESMES

 

VALLON SUR GEE

 

VION

 

 

 

 

Les copies des actes originaux sont accessibles « en ligne » sur le site des Archives départementales de la Sarthe.

AUVERS LE HAMON

BENEDICTION DE LA GROSSE CLOCHE EN 1772

Le trentième jour du mois d’Avril 1772, Nous prêtre curé de cette paroisse soussigné, en vertu de la commission à nous adressée par Monseigneur l'Evêque du Mans en date du 2 avril de la présente année, signée Glandeves, vicaire général et Rolland avec paraphe, avons fait la bénédiction de la grosse cloche de cette paroisse d’Auvers le Hamon, laquelle a été nommée Henriette, Elisabeth par Haut et puissant seigneur Henry Gaston de Deshaies, comte Deshaies, Seigneur de Ballée, Saint-Loup et autres lieux et Dame Elisabeth Marie l'Angletz, épouse de Monsieur Chaussechat, ancien lieutenant de dragons, gouverneur de la ville de Sablé, seigneur de Montfrou (?) et autres lieux. La dite cloche fondue et augmentée aux frais de la fabrique, et ce en présence de vénérables et discrets Maîtres Urbain Faifeu, curé de Poillé, François Briquet, Noël Denys, Louis Pioger prêtres vicaires de la paroisse et de Messire René Foliot, procureur de fabrique, Jean Pioger, notaire royal de cette paroisse, du sieur Chaussard, fondeur du Mans qui la fondit et de plusieurs autres notables habitants qui ont signé

 

COURTILLERS

BENEDICTION DE LA GROSSE CLOCHE EN 1759

Le 29 mai 1759 par permission à nous accordée le second jour du présent mois par Monsieur Houdebine vicaire général de Monseigneur d’Angers a été faite la bénédiction de la grosse cloche de cette église, (Courtillers) par nous curé de Villevêque soussigné, nommée Jean, Baptiste, Joachim par haut et puissant seigneur Messire Jean, Baptiste, Joachim Colbert, Marquis de Croissy Torcy, Sablé, baron de Pincé, châtelain de Précigné et autres lieux, lieutenant général des armées du Roy, capitaine des gardes de la porte de sa Majesté, gouverneur de Crécy en Brie, et par haute et puissante dame Henriette Bibienne Francquetot de Cogny Croissy son épouse, représenté par Monsieur René Juffé, receveur général de son Marquisat de Sablé et par Demoiselle Catherine Cadaillon épouse de Monsieur Pierre Mallier garde marteau de la gruerie du Marquisat de Sablé, en présence de monsieur Bérard. curé de Louailles, de Jacques Chiquet, curé de Saint-Martin de Précigne, de messire Albert, vicaire du dit Saint-Martin de Précigné, de maître Jacque Moyré, notaire royal de Sablé, de Messire Pierre Le Mallier et de nous curé de céans soussigné

Garde-marteau : Officier de la maîtrise des eaux et forêts, qui était dépositaire du marteau servant à marquer les arbres destinés à être coupés

Gruerie : juridiction qui connaissait en première instance de toutes les contestations qui pouvaient s'élever au sujet des eaux et forêts de son ressort et des délits et malversations qui pourraient y être commis.

 

 

PINCE

CHANGEMENT DE MARQUE DE PAPIER

La marque du papier ayant changé au commencement de cette année, j’ai été obligé pour obéir aux ordres du Roy de prendre des livres marqués du nouveau marc (?). C’est pourquoi j’ai cessé d’écrire en celui ci pour écrire dans un marqué du nouveau marc (?) et j’ai transcrit ce qui était en ce livre dans le nouveau. On peut néanmoins avoir égard à ce qui est écrit ici parce qu’il est signé de la main des parties.

Fait à Pincé le 15 de mars 1682

Quoi que je n’ai écrit sur ce livre quatre ce 13ième de mars 1682, je ne cessais pas d’ouvrir un autre livre de papier marqué et signé par Messire Le Bouvier ……………. Au siège de Baugé en l’absence de Messire le lieutenant général et autres plus anciens juges, mais le papier ayant changé de marque au commencement de cette présente année j’ai été obligé de laisser l’ancien livre pour écrire sur celui-ci et y ai transféré ce qui est sur le premier jusqu’à ce jour.

Fait à Pincé, par moi prêtre curé du dit lieu le 14ième de mars mil six cent quatre vingt deux

 

 

POILLE SUR VEGRE

BENEDICTION DE DEUX CLOCHES EN 1716

Le 24 juillet 1716 les deux cloches ont été fondues par Michel Héliot, fondeur. Il est resté soixante et dix huit livres que l’on doit garder

Le neuvième jour du mois d’août 1716, les deux cloches de la paroisse de Poillé ont été nommées, la première, Louise par honorable homme Messire Antoine Duvernay conseiller du Roy et receveur des tailles d’élection de Domfront pour parrain et honnête femme Mademoiselle Marie Aimée Marguerite Guiybon , épouse d’honorable homme Jacques, Louis, Charles La Hogue, ancien conseiller du Roy, contrôleur des montres de la maréchaussée provinciale du Maine et la seconde cloche a été nommée par honnête garçon Jacques Cherouvrier notaire royal de notre paroisse de Poillé et par demoiselle Marie La Hogue Fille,  qui lui ont donné le nom de Charlotte suivant le pouvoir à nous adressant par très haut et très puissant seigneur Messire Louis Marquis de la Chartre Comte de Nançay (?) baron de la Roche-Simon et de Varenne, seigneur de Malicorne et de Poillé, lieutenant général des armées du Roy et Dame Anne Charlotte de Beaumanoir son épouse de faire bénir en leurs noms qui bon nous semblera promettant avoir le tout pour agréable et le ratifier quand et que besoin sera donné par Monseigneur le Marquis de la Chartre (?) au château de …….. Le onze octobre 1715, signé Louis de la Chatre et Anne Charlotte de Beaumanoir de la Chatre  contre signés par sa …… lesquelles cloches ont été bénites par nous prêtre curé de Poillé soussigné par le pouvoir à nous adressant par Messire Jacques Auguste le Royer docteur de la maison et société de Sorbonne, grand doyen de l’église du Mans et grand vicaire de Monseigneur l’Evêque du Mans le vingtième juillet 1716, signé Le Royer en présence de René Gaudin, sieur des bignons marchand habitant du dit Poillé  et de Messire Jacques, Louis, Charles La Hague assisté de Messire Julien Duval, prêtre vicaire de Poillé et de Messire Eutrope Pinault qui ont signé avec nous

 

 

POILLE SUR VEGRE

L’EGLISE FORCEE ET VOLEE EN 1881

Dans la nuit du dix au onze janvier 1881, nuit qui a suivi la fête de l'Adoration perpétuelle, des malfaiteurs munis de fausses clefs et d'instruments tranchants ont crocheté les portes de l'Eglise, fracturé les troncs et se sont emparés de huit vases sacré, savoir : un ostensoir doré 0m70 de hauteur, un ciboire argent doré, une custode en argent, ampoule aux Saintes huiles, quatre calices, dont deux à la Fabrique, un à M. l'Abbé Forgeat, vicaire de Poillé et le quatrième, tout en argent doré, à M. Bresteau, curé de Poillé. Le Saint sacrement n'a pas été profané. LAUS DEO.

Une souscription s’est spontanément organisée pour réparer ce malheur autant que possible : M. de Lorière, de Moulin Vieux a offert un magnifique Ostensoir; Monsieur Fertray-Jouin, un magnifique Saint-Ciboire et les paroissiens en général ont souscrit de bon cœur pour l’acquisition de deux calices, l’un tout en argent doré, l’autre simplement en argent.

F. Bresteau

Curé de Poillé

 

SABLE SUR SARTHE

BENEDICTION DU GRAND AUTEL DE NOTRE DAME LE 8/09/1770

Le 25 juillet 1770, fût bénie par nous prêtre chanoine de Saint-Michel de Laval, et Docteur en théologie soussigné, du consentement de Messire Joseph Antoine Hatton, curé de cette paroisse et doyen rural de Sablé, la première pierre de l’autel de l’église de Notre-Dame, laquelle fût en même temps posée conjointement par haut et puissant seigneur Messire Jean-Baptiste Colbert, chevalier seigneur Marquis de Croissy, Torcy, Bois-Dauphin, Baron de la Grève en Poitou, de Pincé en Anjou et autres lieux, lieutenant général des armées du Roy, capitaine des gardes de la porte de sa Majesté, gouverneur de Créci en Brie, et haute et puissante Dame, Madame Henriette Bibienne de Francquetot de Cogni, son épouse, par haut et puissant seigneur, Messire Jean-Baptiste Menelé Colbert de Croissi, Marquis de Sablé, ancien colonel du régiment de Hainault infanterie, Maréchal des camps et armées du Roy, capitaine en survivance des gardes de la porte et haute et puissante Dame Madame Antoinette Adelaïde de Rambures son épouse et par haut et puissant seigneur Messire Charles Colbert, Marquis de Torci, Maréchal des camps et armées du Roy et ce jourd’hui 8 septembre de la même année le dit autel entièrement achevé a pareillement été béni par nous selon les cérémonies présentée par le rituel de ce diocèse en vertu de la commission de Mgr l’illustrissime et révérendissime évêque du Mans en date du 27 juillet de la présente année signé Poillé, vicaire général  et off et plus bas Roland avec paraphe de Sallée, la dite commission à nous adressée à la demande du dit sieur Hatton curé de cette paroisse, laquelle bénédiction nous avons faite immédiatement avant la grand messe paroissiale que nous avons ensuite célébrée au dit autel après y avoir exposé le Très Saint Sacrement par permission de Mon dit Seigneur l’évêque du Mans et ce en présence du dit Messire Joseph Antoine Hatton, de M. François Gazeau, sacristain et habitué René Pochard ancien vicaire et habitué, Jacques Després, principal du collège de cette ville, Michel Louvene chapelain de l’hôtel-Dieu, Jean Pochard ancien curé de Saint-Chéron, François Duchesne prêtre régent du dit collège et Pierre de la Roche et Laurent Fillion vicaires de cette paroisse soussignés avec nous

Signatures de  : Henriette Bibienne de Francquetot de Cogny Croissy, J.A.Hatton curé desservant, Després, Laurent prêtre, L.Fillion prêtre vicaire, F.Gazeau prêtre, Colbert de Sablé, Rambures de Sablé, Colbert de Torcy, Hanuche chanoine

 

 

Paroisse de

SABLE SUR

SARTHE

 

Page 1

Page 2

SABLE SUR SARTHE

TRANSLATION DES RELIQUES DE SAINT CENERE LE 24/07/1783

Aujourd’hui, dimanche vingt juillet 1783, nous Henri Hanuche, docteur en théologie, curé de cette paroisse et doyen rural de Sablé, assisté de Messire Urbain Eutrope Houdebert, vicaire de Saint-Martin de cette ville, de Messire Joseph Engoulvent et Mathururin Chevreuil, vicaire de cette paroisse, Michel Laurent, chapelain de l'Hôtel-Dieu, Jacques Després, ancien principal, Jean, Pierre et Urbain Pochard, prêtres de cette paroisse, Louis Cosnard, docteur en théologie, principal du collège de cette ville, Urbain Le Royer, Directeur des dames religieuses, René Richard, Maxime Robin, prêtres et autres diacres, sous– diacres et autres ecclésiastiques de cette paroisse, de haut et puissant Seigneur Jean-Baptiste, François Ménélé Colbert, Marquis de Sablé, lieutenant général des armées du Roy, conseiller d'état et capitaine des gardes de la porte de sa Majesté, seigneur de cette ville et de tous Messieurs les officiers et avocats du siège du Marquisat pairie de Sablé, revêtus de leurs robes de cérémonie, nous nous sommes transportés processionnellement et avec toute la pompe et cérémonie d'usage en pareil cas sur les neuf heures et demie du matin en l'église des dames religieuses de Saint-François de cette ville pour conformément au mandement et permission de Monseigneur l'évêque du Mans en date du 12 de ce mois, faire la translation solennelle des reliques de Saint-Cénéré, prêtre, archiprêtre ou doyen de Sablé, lesquelles reliques ayant été par nous obtenues de Messieurs les doyens chanoines et chapitre de l'église d'Angers qui possédant authentiquement les ossements de ce saint ont été déclarés authentiques sincères et véritables par Monseigneur l'évêque du Mans ainsi qu'il se voit dans le mandement du procès verbal ci dessus daté dans lequel ont en outre statué que chaque année la fête de Saint-Cénéré qui y ont déclaré le second patron de cette paroisse sera célébrée du rite (?) solennel majeur le dimanche le plus prochain du vingt et un juillet et qu'il sera fait le dit jour avant la messe ou après les vêpres une procession solennelle ou les dites reliques seront portées et la ayant trouvé les dites reliques que nous y avions déposé la veille de ce jour et devant lesquelles nous avions chanté solennellement avec tout notre clergé les premières vêpres et complies ainsi que matines et laudes de l'office de ce saint, nous avons procédé à leur translation en notre église paroissiale. Les dites reliques portées sous le dais par Messires Cosnard et Pierre Pochard, prêtres revêtus en diacre, tout le clergé en chappe et nous en étole et chappe en chantant les hymnes de l'office des saints patrons, et étant arrivés en notre dite église accompagné d'un peuple immense qui nous a édifié par son recueillement et sa dévotion, nous avons célébré solennellement notre messe paroissiale de l'office de Saint-Cénéré duquel nous avons pareillement chanté les petites heures les vêpres et complies et donné ensuite au Salut fait  après une grande (seconde?) procession où les saintes reliques ont été portées autour de l'île (?) de cette ville la bénédiction du saint sacrement comme aux fêtes solennelles et ensuite avons déposé la châsse de ce saint second patron de notre église dans le lieu qui lui a été préparé au fond du chœur dans l'angle du côté de l'évangile, et en icelle fût enfermés les procès verbaux qui attestent l'authenticité des dites reliques, munis des sceaux de Monseigneur l'évêque du Mans et du chapitre de l'église d'Angers le siège épiscopal vacant et autant des mandements et procès verbal de reconnaissance des dites reliques fut par nous dit seigneur évêque du Mans a été déposé dans le trésor de la fabrique pour y avoir recours en cas de besoin.

Fait au dit Sablé le jour et an que de l’autre part et ont signé avec nous les établis ci-dessus et autres.

Signatures entre autre de Colbert de Sablé, des curés de Gâtines, Solesmes et Saint-Denis du Maine

 

SABLE SUR SARTHE

TRANSLATION DES RELIQUES DE SAINTS MENELE ET SAVINIEN LE 24/04/1785

Aujourd’hui dimanche 24 avril 1785, nous Henri Hanuche, docteur en théologie, curé de cette paroisse et doyen rural de Sablé soussigné assisté de Messire Charles Dagué, curé de Saint-Martin de cette ville, Laurent Fillion, curé d’Ancinnes, Jacques Le Febvre, curé de Solesmes, Mathurin Chevreuil vicaire de cette église, Michel Laurent chapelain de l’hôtel-Dieu, Jacques Després, ancien principal, Pierre Pochard, ancien vicaire, Louis Cosnard, principal du collège de cette ville et docteur en théologie, Urbain Pochard, sacriste de cette église, Maxime Robin et autres prêtres et ecclésiastiques de cette paroisse, de très haut et très puissant seigneur Messire Jean-Baptiste François Ménélé Colbert Marquis de Sablé, lieutenant général des armées du roy, seigneur de cette ville et de tous messieurs les juges, officiers et avocats du siège du Marquisat pairie de Sablé, revêtus de leurs robes de cérémonies, nous nous sommes transportés processionnellement et avec toute la pompe et cérémonies d’usage en pareil cas sur les neuf heures et demie du matin en l’église paroissiale de Saint-Martin de cette ville, conformément au mandatement et permission de Monseigneur l’évêque du Mans du quatorze du présent mois pour faire la translation solennelle  des reliques des Saints Ménélé et Savinien, abbés de Menat en Auvergne et originaires l’un et l’autre de la terre des ………. dépendant de ce Marquisat et situé en la paroisse de Saint-Pierre de Précigné, lesquelles reliques ayant été par nous obtenues de Monseigneur l’évêque d’Angers, du consentement de Messire Guillaume Chevreuil, curé de la dite paroisse de Saint-Pierre de Précigné ou une partie notable des ossements des dits Saints abbés Ménélé et Savinien a été ci-devant transféré de la dite abbaye de Menat ont été déclarées authentiques, sincères et véritables par Monseigneur l’évêque du Mans ainsi qu’il se voit dans le mandement et procès verbal ci-dessus daté dans lequel est porté que les dites reliques ont été authentiquement extraites de celles déposées en la dite église de Précigné par Messire Dominique, Balthazar d’Alichon (?) vicaire général de Mgr l’évêque d’Angers à notre réquisition et nous ont été par lui délivrées avec les formalités convenables et ordinaires, de plus est statué que la fête de Saint-Ménélé sera célébrée chaque année du rite solennel mineur le premier dimanche d’Octobre et que celle de Saint Savinien du rite double majeur (?) sera aussi célébrée le premier jour …….. qui  suivra la dite fête de Saint-Ménélé, auquel jour il sera fait avant la grand messe une procession solennelle ou les dites reliques seront portées, et ayant trouvé dans la dite église de Saint-Martin les susdites reliques que nous y avions déposées la veille de ce jour et devant lesquelles nous avions chanté solennellement avec tout autre clergé les psaumes, vêpres, complies et laudes de l’office des Saintes reliques, nous avons procédé à leur translation en notre église paroissiale, les dites reliques étant portées par Messire Jean Fouqueré, curé de Gastines et Laurent Fillion, curé d’Ancinnes revêtus en diaprés et nous en étole et chappe assisté de quatre chappiers en chantant les hymnes des Saints abbés et étant arrivés en notre église paroissiale accompagné d’un peuple immense qui nous a édifié par son recueillement et la dévotion, nous avons célébré solennellement notre messe paroissiale de l’office des Saintes reliques, duquel office nous avons pareillement chanté les petites heures, vêpres et complies et après le Salut solennel nous avons déposé la châsse  de ces saintes reliques vis à vis de l’autel du coté de l’épître au lieu destiné pour les recevoir et les porter et en icelle châsse sont renfermées les ^procès-verbaux qui attestent l’authenticité des dites reliques, munis des sceaux de Monseigneur l’évêque du Mans et de Monseigneur l’évêque d’Angers pour y avoir recours en cas de besoin.

Fait au dit Sablé les jours et an que des autres parts et ont ……… au présent acte signé avec nous

Signature de :Colbert de Sablé et des prêtres nommés dans le texte

 

 

SABLE SUR SARTHE

TRANSLATION DES RELIQUES DE SAINT MALO LE 22/04/1787

Le 22 avril 1787, nous Henri Hanuche, docteur en théologie, curé de cette église et doyen rural de Sablé soussigné, assisté de Maître Michel Laurent, ancien chapelain de l’Hôtel-Dieu, Jacques Després, ancien principal du collège de cette ville, Pierre Pochard, ancien vicaire, Louis Cosnard, docteur en théologie, principal du dit collège de cette ville, René Richard, ancien vicaire de Saint-Martin …….. François Pochard, sacriste de cette église, Joseph Engoulvent, chapelain de l’Hôtel-Dieu, Louis Cholet, prêtre, André Simon Grippon, vicaire de cette paroisse, tous prêtres de notre église, nous sommes transportés processionnellement et avec la pompe et cérémonies d’usage en pareil cas en la chapelle de Saint-Malo du château de cette ville conformément au mandement et permission de Monseigneur l’Évêque du Mans du 18 décembre dernier pour faire la translation solennelle des reliques de Saint-Malo, Évêque d’Alette en Bretagne sous l’invocation duquel avait été érigée l’église principale de cette ville sis dans l’enceinte du dit château et dont le territoire, les droits, juridiction et prérogatives ont été annexés à l’église paroissiale de Notre-Dame de cette ville après la destruction de la dite église de Saint-Malo, lesquelles reliques ayant été par nous obtenues de Monseigneur l’Archevêque de Paris, sous consentement du grand prieur chanoine et chapitre de l’abbaye royale de Saint-Victor de Paris ont été déclarés authentiques et véritables par Monseigneur l’évêque du Mans ainsi qu’il se voit dans le mandement et procès verbal ci-dessus daté dans lequel est porté que les dites reliques ont été authentiquement extraites de celles déposées et conservées dans l’église de la dite abbaye royale de Saint-Victor et nous ont été données avec les formalités convenables et ordinaires par mon dit Seigneur Archevêque de Paris. De plus est statué dans le dit mandement de Monseigneur l’évêque du Mans que tous les ans on célébrera dans cette église la fête de Saint-Malo selon le rite des solennités majeures avec octave ainsi que se célèbre la fête d’un patron le jour de dimanche qui précède la fête d’hiver de la Sainte-Trinité et que ce jour avant la grand messe ou après les vêpres on portera en procession les dites reliques avec toute la solennité requise et que désormais Saint-Malo soit reconnu et honoré en cette église comme co-patron et protecteur spécial d’icelle.

Et ayant trouvé dans la dite chapelle du château les dites précieuses reliques que nous y avions déposées la veille nous avons procédé en leur translation en notre église paroissiale ou étant arrivé accompagné d’un peuple nombreux qui nous a édifié par son recueillement et sa piété nous avons célébré solennellement notre messe paroissiale de l’office des Saintes reliques, duquel office nous avons pareillement chanté les petites heures, vêpres et complies et …… la châsse qui doit renfermer les dites reliques placées au fond du chœur et dans icelle seront aussi renfermées les procès verbaux qui en attestent l’authenticité

Fait au dit Sablé, les jour et an que de l’autre part et ont les dits établis signés avec nous